Girard au CEMO rencontrant Bechealany : Ensemble pour la dignité humaine

Dr. Bechealany: Tout en soulignant l’importance de l’intervention humanitaire et des opérations d’adaptation dans les sociétés hôtes, pour autant est nécessaire la priorité de trouver des solutions de rapatriement de ces réfugiés, selon des conditions humanitaires et sécuritaires dignes de la personne humaine.

Date: 03/10/2018
Conseil des Eglises du Moyen Orient – Département des Médias et de la Communication

C’est au bureau principal à Beyrouth que la Secrétaire Générale du Conseil des Eglises au Moyen-Orient (Cemo), Dr. Souraya Bechealany, rencontra la représentante du HCR au Liban, Mme Mireille Girard, dans le contexte d’une discussion constructive sur les possibilités de collaborer au profit de la dignité humaine, et de joindre tous les efforts afin d’assister les réfugiés et des déplacés, une cause devenue aujourd’hui de première importance dans le monde entier.

Bechealany

Dans son allocution d’accueil, la Secrétaire Générale Dr. Bechealany souligna l’intérêt commun aux deux organisations, à savoir la dignité de la personne humaine, qui les incite à coopérer sur plusieurs plans. « Le Conseil des Eglises du Moyen-Orient est engagé à défendre les groupes sociaux les plus marginalisés, les migrants et les réfugiés. Avec nos partenaires locaux, régionaux et internationaux, nous avons des programmes d’intervention humanitaire auprès des réfugiés et des déplacés, au Liban, en Syrie, en Irak, en Jordanie et en Palestine. Nous œuvrons pour protéger les droits de ces personnes, qui sont des enfants de Dieu, des frères et sœurs dans l’humanité, créés à l’image et à la ressemblance de Dieu », ajouta-t-elle.

« Notre travail œcuménique est essentiellement au service de la personne humaine, sans aucune discrimination ; en cela, nous partageons avec les Nations Unies et avec le HCR des objectifs directement communs. Je suis très consciente des efforts déployés par le HCR dans le monde entier pour accompagner les 62,5 millions de réfugiés et de personnes déplacées. Je lance un appel, non seulement à soutenir leur aide humanitaire, mais aussi à déployer tous les efforts pour mettre un terme aux conflits, voire pour éviter ceux qui causent le déplacement forcé. Tout en soulignant l’importance de l’intervention humanitaire et des opérations d’adaptation dans les sociétés hôtes, j’insiste pour autant sur la priorité des solutions de rapatriement de ces réfugiés, selon des conditions humanitaires et sécuritaires dignes de la personne humaine, conformément aux normes internationales où seraient prévues des garanties légales, sécuritaires, économiques et sociales », continua-t-elle.

Et pour conclure : « Nous sommes surtout concernés par la personne humaine ; l’activité œcuménique exige une prise de position stricte pour protéger la dignité et les droits de la personne humaine afin que nos efforts aboutissent. »

Girard

À son tour, la représentante du HCR au Liban, Mireille Girard, a remercié Dr Bechealany et le Conseil des Églises du Moyen-Orient pour cette réunion, évoquant la discussion fructueuse Dr Bechealany, qui pivota autour de moyens de collaboration entre l’HCR et le Conseil des Eglises au Moyen-Orient (Cemo) « pour soutenir autant les réfugiés vulnérables que la communauté libanaise. Alors que nous travaillons à la recherche de solutions pour les réfugiés hors du Liban, le HCR accorde une grande importance à cette solidarité et à cet engagement constants pour assister les communautés vulnérables au Liban à vivre dans la dignité », a-t-elle déclaré.

Girard a évoqué le partenariat de longue date entre le HCR et le Conseil des Eglises du Moyen-Orient, qui unissent leurs efforts « depuis des décennies pour fournir une aide humanitaire au Liban », indiquant que « le HCR s’intéresse à poursuivre cette collaboration fructueuse ».

Elle a également noté que « le HCR est une organisation laïque, mais notre partenariat avec les organisations religieuses n’est pas nouveau. Nous avons compris très tôt, depuis la création du HCR, que ce partenariat est essentiel pour une interaction efficace. Dans bon nombre de nos opérations dans le monde, nous avons noué des partenariats avec des organisations religieuses afin d’apporter une aide humanitaire et d’apporter de la chaleur aux communautés déplacées ».

Elle a ajouté : « Les organisations religieuses peuvent jouer un rôle clé tout au long du cycle de déplacement des réfugiés, allant de la prévention des crises au soutien en exil, voire même au rapatriement et à la réintégration en toute sécurité dans leur pays ou encore à la réinstallation dans un autre pays », a-t-elle ajouté. « Il existe un lien étroit entre le travail humanitaire et les valeurs qui sont à la base de toutes les grandes confessions et cela se traduit par notre objectif commun de préserver la dignité humaine ».

Girard a conclu son intervention par une citation du pape François, prononcée à l’origine par le pape Jean-Paul II : « Aucune institution d’aide humanitaire à elle seule ne peut se substituer à un cœur humain, ni à la compassion humaine ». « Son message est assez clair ! », a-t-elle commenté pour finir.